Les différents types de masques

Avec l'épidémie de COVID-19, les masques de protection deviennent très prisés tant par les professionnels que les particuliers. Mais difficile de s'y retrouver dans les différents types proposés. Avec notre fiche pratique, nous vous proposons de balayer les principales caractéristiques des masques chirurgicaux, des masques de type FFP et des masques "alternatifs".

Avis sur les différents masques de protection et leur utilisation

Recommandations de l’Académie Nationale de Médecine

L’Académie Nationale de Médecine recommande :

  • Qu’ « en situation de pénurie de masques et alors que la priorité d’attribution des masques FFP2 et des masques chirurgicaux acquis par l’État doit aller aux structures de santé (établissements de santé, établissements médico-sociaux, professionnels de santé du secteur libéral) et aux professionnels les plus exposés, le port d’un masque « grand public », aussi dit « alternatif » soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement. »
  • « Que la sortie de confinement soit accompagnée du maintien de l’interdiction des rassemblements (sauf cas exceptionnels, comme les obsèques, pour lesquelles le nombre maximal pourrait être de 20 personnes), du maintien des mesures barrières sanitaires (lavage des mains, gel hydroalcoolique...), mais aussi de leur renforcement par le port obligatoire d’un masque grand public anti-projection, fût-il de fabrication artisanale, dans l’espace public. »

Deux catégories de masques différents selon le Ministère du Travail

Au terme d’une démarche supervisée par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), avec le soutien de l’ANSES, deux nouvelles catégories d’équipements du travail exclusivement réservés à des usages non sanitaires destinés à prévenir les projections de gouttelettes ont ainsi été créées, par une note d’information des ministères de la santé, de l’économie et des finances, et du travail du 29 mars 2020.

  • Catégorie 1 : Les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public. L’usage de ces masques est destiné aux populations amenées à recevoir du public dans le cadre de leurs activités professionnelles (policiers, gendarmes, hôtesses de caisses, etc.). Ils filtrent au moins 90 % particules de trois microns.
  • Catégorie 2 : Les masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe. Ces masques sont destinés à l’usage d’individus ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes, dans le cadre professionnel. Ce masque pourra être porté par l’ensemble des individus d’un sous-groupe (entreprise, service…) ou en présence d’autres individus porteurs d’un masque d’une autre catégorie, lorsque le poste ou les conditions de travail le nécessitent. Ils filtrent au moins 70 % des particules de 3 microns.

Avertissement et précautions d'usage

L'importance des gestes barrières

Attention : ces masques viennent en complément de tous les autres gestes barrières et ne suffisent pas à eux seuls à garantir une protection à 100%. Le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. Si vous portez un masque, il est important que vous sachiez l’utiliser et l’éliminer correctement.

Dans le cas où certains travaux réalisés dans le cadre d'une activité professionnels interdisent le respect des gestes barrières, et après qu'une analyse du poste ait conclu sur ce fait, la préconisation d'utilisation de masque est la suivante :

  • S’Il s'agit de portage de charges ou de tout type d'opération nécessitant le travail de plusieurs opérateurs à proximité immédiate les uns des autres :
  • Utilisation pour chacun des travailleurs d'un masque alternatif ayant un niveau de filtration de 90 à 95 % (exclusion des masques alternatifs avec une efficacité de filtration de 70 à 80 %). Si disponible, l'utilisation d'un masque FFP1 peut être également utilisé.
  • En cas d'effort intense, envisager le changement du port du masque alternatif avant le terme des 4h d'utilisation, ou en cas d'inconfort lié au port. Dans ce dernier cas, il faut privilégier l'utilisation d'un masque FFP1, dont la portabilité fait l'objet de tests dans la norme.

Dans le cas d'un travail de plusieurs opérateurs dans un environnement confiné sans ventilation, le port du FFP1 devra être privilégié.

Cohabitation avec les Equipements de Protection Individuelle (EPI) habituels

Les masques ne pourront en aucun cas remplacer les Equipements de Protection Individuelle dont le port est rendu nécessaire au poste de travail. Le Port de ces masques s’inscrit en complément de l’aménagement du poste de travail.

Respect des normes

Attention au respect des normes de fabrications décrites dans la norme AFNOR du 27 Mars 2020. AFNOR SPEC S76-001.

Les spécifications techniques sont aussi décrites dans la note Ministérielle citée précédemment.

Attention à la respirabilité effective qui doit être compatible avec les particularités du poste de travail et en particulier l’effort physique fourni par le salarié (application de l’article R 4323-91).

Mise en place

La mise en place d'un masque de protection répond à une procédure décrite dans la norme AFNOR et qui donne comme exemple l’affiche de mise en place et du contrôle d’étanchéité de l’INRS.

  • 1. Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique.
  • 2. Appliquer le masque en commençant par positionner le haut du masque sur le nez.
  • 3. Tenir le masque de l’extérieur et passer les élastiques ou les liens en étoffe du jeu de brides derrière la tête sans les croiser.
  • 4. Abaisser le bas du masque sous le menton.
  • 5. Appliquer le masque de façon à recouvrir le nez, la bouche et veillez à l’ajuster au mieux sur votre visage, vérifier l’absence de jet d’air dans les yeux lors d’une expiration forte.

Pendant le portage

  • Il ne faut pas l’enlever pour le mettre sur le menton, sur le front, dans la poche…sinon il faut le changer. Y compris si l’on veut boire ou manger.
  • Si vous touchez le masque barrière, vous devez vous laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique ou changer les gants puisqu’ils peuvent être contaminés par ce contact.
  • Durée maximale du portage : 4h. S’il s’humidifie avant, il faut le changer.

Retrait du masque

Pour ne pas être contaminé lors du retrait il faut :

  • Le cas échéant, retirer les gants de protection selon la procédure décrite par l’INRS.
  • Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique.
  • Retirer le masque en saisissant par l’arrière les élastiques du jeu de brides sans toucher la partie avant du masque.
  • Placer le masque dans un contenant spécifique : soit pour jeter soit pour laver (dans ce cas un sac en plastique propre).
  • Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique.
  • Nettoyer l’extérieur du contenant spécifique avec un produit nettoyant.

Nettoyage du masque

Les masques doivent être nettoyés avec soin, selon la procédure décrite dans la norme AFNOR ou selon les préconisations du fabricant.

L’utilisation d’un sac hydrosoluble peut être proposé, si le masque le permet, afin de limiter le contact des personnes avec les masques souillés.

Voici les préconisations de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) :

  • Lavage en machine avec un produit lessiviel adapté au tissu dont le cycle comprendra au minimum un plateau de 30 minutes à 60°C.
  • Un séchage mécanique : pas de séchage à l’air libre et ils doivent être complètement secs (toutes les couches à cœur).
  • Un repassage à une température de 120/130°C.
  • Les masques ainsi traités seront conservés de manière à préserver la propreté microbiologique des masques en fin de traitement (ex : emballage sous film plastique).

Il convient d’éviter tout contact entre un masque barrière souillé et des articles vestimentaires propres. La personne chargée du nettoyage devra elle-même se protéger pour manipuler des masques qui ne sont pas dans des sacs hydrosolubles.

Il est recommandé avant tout lavage des masques de nettoyer son lave-linge, en procédant à un rinçage à froid avec de la javel ou de le faire tourner à vide à 60°C ou 95°C sans essorage.

Les masques abimés doivent être jetés.

Gestion des déchets

Les masques jetables doivent être placés dans des poubelles munies d’un sac plastique et de préférence des poubelles avec un couvercle à commande non manuelle (cad au pied, à la voie…).

Un double emballage est recommandé en cas de déchirure. C’est aussi préférable de fermer le sac avant le passage du personnel de collecte.